LES ECOUTIS LE CAIRE - 2010


mogamma, 2008, par Gilles Aubry


les écoutis le caire  

texte stéphane montavon | audio gilles aubry | objet gilles lepore

précipités d’écoute sur la carte d’une dérive cairote

8 lieux traversés micro au poing, mais non moins en voyeur. 
"Ce qui compte ici, c’est de décrire le son saisi au passage, c’est de porter une attention furtive tantôt à telle atmosphère, à l’englobant, tantôt à telle situation, un drame qui s’esquisse, lambeaux de personnages et de paroles... survient alors parfois cette suspension brève devant l’écart entre le vu et l’entendu. C’est aussi le sentiment d’une menace pesant dans l’air et sur les gestes, ici au Caire. C’est enfin l’obligation d’en témoigner par l’écoute."
les écoutis le caire est le résultat d’un travail entrepris en 2008, lors d'un séjour de résidence au Caire en compagnie de Gilles Aubry et à l’antenne de Pro Helvetia.
L'objet a été designé par Gilles Lepore qui juxtapose ostensiblement deux supports, un cd et un imprimé plié. Le cd contient deux compositions de Gilles Aubry faites à partir d’enregistrements de terrain que nous avons effectués sur 8 sites différents, dans et aux alentours du Caire. L’affiche imprimée, de grand format (52x84cm), se déplie comme une carte. Vierge au verso, elle présente au recto 2 séries de 5 miroirs de page contenant des constellations textuelles. La grille des miroirs de page et celle des plis de l’imprimé ne coïncident pas.

field recording series by gruenrekorder, germany
gruen 061 — LC 09488 — EAN 4050486012314
publication soutenue par pro helvetia chckpt cairo
2010

extracts here 
reviews on label gruenrekorder 
Première diffusion : le 29.09.2010 sur Radio DRS2
les écoutis le caire among 2010 favorite albums, see Gill Arno, Joaquín Gutiérrez Hadid, Daniel Crokaert & Keiichi Fukushima'S lists 

série : café du hammam, mohammed elvis, de la citadelle, Le Caire, 2008

*
C'est Le Caire, oui, c'est le Caire, cette musique, le son des balais, le son des chantiers, les sons de l'artisanat qui se travaille dans la rue, les klaxons, bien sûr, identité du Caire, mais travaillés avec discrétion, en décalage du cliché, c'est Le Caire mais cette reconnaissance n'est que le bonus d'une musique, riche et forte, qui s'écoute pour elle-même et à laquelle, en contrepoint, le texte spatialisé apporte une construction par ruptures. Fait d'éclats, d'énonciations multiples, d'énoncés tronqués, disparates, le texte dit la pénétration du singulier par le commun, la fragmentation de la continuité, de la pensée, de la parole, de l'existence, dans cette ville qui la rend impossible et malgré l'impossible, malgré l'entrave, d'une vitalité passionnante, ce que le texte dit, dans le chahut des paroles qu'il fait surgir du blanc qui les coupe.
– Nicole Caligaris, extrait, sitaudis.com

*
Aubry’s decision to take samples mainly from Cairo’s downtown area (confirmed by the names of the streets in the attached text) is worthy of applause, as downtown Cairo is an area of stark contrast and rich history. The old campus of the American University, home to the richer Egyptian youngsters, lies next to a rundown, covered souk, and is one of his sound locations. Honorable testaments to Greek, French, and Italian architecture stand opposite repulsive post-revolution slabs of cement. But most importantly, with the area being at the heart of the city: traffic! Lots of it. Immense numbers of cars in tiny streets that, in turn, lead to a huge number of angry commuters, and an onslaught of cussing and yelling. These elements allowed Aubry to gather diverse and accurate recordings, providing Montavon with the inspiration to write his eerily strange but beautiful guide.
It is actually a bit scary how accurate the experience of listening to this album is when compared to the real thing. I have listened to it while walking, driving, and while standing on my balcony, as forms of experimentation, and every time, after the album has been playing for a bit, the sounds blend in perfectly with the streets and noises.
Les Écoutis Le Caire is a testament to the power of music and words to capture real life perfectly without a single photo or form of visual aid. The artists have provided a taste of Cairo’s unique spirit and a truly engaging work of art. I would recommend this to anyone who’s never been to the city, as a means of insight; and to those who’ve lived their entire lives here, to give them something to remember and appreciate it by.
– Mohammed Ashraf, extract, The Silent Ballet

*
Watch your back

Vincent Battesti, "Ambiances sonores du Caire : proposer une anthropologie des environnements sonores", Les Cahiers du GERHICO, n°13, Accords et à cris, Études pluridisciplinaires sur la sonorité (Journée d’études, Poitiers, déc. 2007), 2009, p. 35-49

Mickael Slackmann, "A City Where You Can’t Hear Yourself Scream", NYT, 2008

Elias Canetti, Die Stimmen von Marrakech. Aufzeichnungen nach einer Reise, München, Hanser, 1967